mardi 25 février 2014

Et tu chantes chantes chantes ce refrain qui te plait

iscomigoo hey
C'est ta façon d'aimer Iscomigoo ! Merci à moi, vous avez cette chanson dans la tête. A vie. Ad Vitam. Aujourd'hui on parle de double liaison, d’anniversaire et de fleurs.

Comme ce sous-titre le laissait présager : on cause de musique ! Mais pas n’importe laquelle, la musique des karaokés asiatiques. A noter, on peut ne comprendre absolument rien aux paroles, les flash-back sont là pour nous expliquer miette par miette ce qu’il se passe.  

Typologie des scénarii (étude très sérieuse réalisée grâce à approximativement 7 566 heures de bus, car, voiture) :

-  Dans un clip asiatique il faut un événement sympa … Mais surtout beaucoup d’éléments tristes

Je vous laisse découvrir cette beauté : 


Pour les curieux, vous noterez le sublime cassage de tronche à 3"22. Un jeu d’acteur comme j’en ai rarement vu. Je ne sais pas vraiment ce qui pousse ces clips à véhiculer (private joke pour ceux qui ont vu le clip) tant de peine et d’accidents et de morts…. Et surtout pourquoi mettre systématiquement les personnages dans des situations aussi rocambolesques ? Je mise sur l’incompréhension culturelle.

- Un élément perturbateur

Genre la mort. C’est pas mal comme élément perturbateur. Mais c’est aussi souvent une autre femme qui s’avère en fait être une ex. Nous avons ici un exemple qui cumule toutes les situations inimaginables. 


Pour vous la faire courte : une fille aime un garçon, un garçon aime une fille, ils se baladent dans les rizières c’est l’amour fou. Elle rentre chez elle. Casse un cadre représentant leur liaison. Et là, des gens qui vivent dans un garage l’appellent pour lui dire que son copain est décédé en jouant avec le feu (littéralement). Ni une ni deux, elle pleure en écoutant des gens chanter au téléphone et 2, 3 minutes après, prend le bus – qui lui aussi doit être bourré de chansons karaoké asiatique : inception ! – et arrive sur le lieu où elle aimait vagabonder avec son chéri. Et pendant ce temps-là, voilà t’y pas que le Don Juan se marie avec une autre ? Une balance vient cafter au fiancé que son ex pleure sous un chêne... Il quitte la réception (normalité) pour prier les dieux de le pardonner. Le soleil revient et… Et voilà. La nana pleure dans son coin. Rideau. On ne parle pas de la souffrance de la jeune non-mariée qui doit garder la face devant sa famille "non mais il revient hein... C'est la gastro... Trop de... Mangues"
                                                                                      
Une fin très triste qui laisse souvent le mec ou la nana seul, triste comme une chaussette

Là c’est carrément la totale, il finit alcoolique, avec un bébé sur les bras. Tout ça parce que sa copine est coiffeuse et qu’elle trouve son enfant moche (réaction à 2"00). 


Ça va reprend toi ! C’est vrai qu’il a quelques kilos en trop cet enfant ! 

Au fait, avant de vous moquer des chanteurs (trop tard ?), nous sommes le pays de Tragédie, Cindy Sanders et René la Taupe. Voilà tout est dit.

ISCOMIGOO